Etcetera, etcetera, etcetera

  : Ajouté le 26/10/2009 à 21:06

Etcetera, etcetera, etcetera.

 

Quel beau décor la terre bleue présente-elle à ses pairs

Enfants en haillons, le sourire enfouit dans l’au-delà

Des parents étourdis et chargés, ne sachant que faire

Belle terre des uns munis, etcetera, etcetera, etcetera

 

Un distinct tableau séduisant de l’autre côté de la mer

Des gueux fourrés dans des sacs de carton dans ce froid

Ils aiment bien coucher dehors dans la chaleur de l’hiver

Gentille terre des uns munis, etcetera, etcetera, etcetera

 

Une autre image exaltante de la jeunesse estudiantine

Après livres et cahiers, point de boulot, à y perdre sa foi

A force de parcourir les longues et rudes rues citadines

Douce terre des uns munis, etcetera, etcetera, etcetera

 

Si on observait l’arrière de cette toile du haut du globe

On verrait que les plus nantis se soucient peu de leur repas

Alors que le démunis jonche son sommeil et son aube

Suave terre des uns opulents, etcetera, etcetera, etcetera

 

Amour Providence, couvre-nous de ces mains avides

Qui nous nieront bientôt et assurément le soleil et la pluie

Nous t’en prions, viens vite, sois encore plus rapide

Etcetera, etcetera, etcetera, en vérité, ils nous ennuient.

 

Plaine N.

 

 

Tags :



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

L’abime des désirs

  : Ajouté le 26/10/2009 à 02:10

L’abime des désirs

 

creux

 

Dans l’abime des désirs, un petit sanglot s’élève

De ses tendres et grands yeux coulent une sève

Elle a pleuré toute la nuit, prisonnière d’un amour

Qu’elle ne cerne plus depuis quelques jours

 

Ses mains tendues implorent un retour impossible

D’une belle saison d’hier rendue soudain pénible

Par les aubades trompeuses d’une méchante sirène

Moments difficiles qui donnent autant de peines

 

Ses appels ne trouvent plus leur sain écho d’antan

Sa voix pure et éthérée n’a pas changé pour autant

Mais sa flamme intérieure brûle les crépuscules

Vers une autre vie vidée de tous tentacules

 

Au fonds, le ciel n’a pas changé ses belles couleurs

Ses grosses larmes ont emporté avec elles ses désirs

Elle en a déjà entendu ces belles histoires de soupirs

Pas la seule, encore moins la dernière, de ce malheur

 

Il est venu le temps de jaillir

Sortir de l’abime des désirs

Pour d’autres aventures

Plus bénies par la nature

 

Plaine N.

 

Tags :



» Catégorie Not specified
Commentaires (3) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Un ange qui passe…

  : Ajouté le 25/10/2009 à 17:20

Un ange qui passe…

 

Un ange vite est passé

Il ne s’est point arrêté

Ce monde mérite mieux

Dit-il tout malheureux

 

Le tableau n’est pas luisant

Pourquoi toute cette haine ?

A y penser, c’est épuisant

A vous faire perdre haleine

 

Même pour un bel ange

Notre terre n’est plus bleue

Partout de rudes phalanges

Qui creusent de rouges creux

 

L’ange veut revenir sur terre

Il craint encore cette encre rouge

De ne pouvoir jamais parfaire

Ces mains cruelles qui bougent

 

Ces damnés parlent bien de paix

Mais ils cachent dans leur coffret

Des bijoux qui charment la mort

Et, pour la terre, scelle son sort

 

L’ange reviendra sur terre volontiers

Pour sauver de son sang le monde entier

Le monde soupirera encore la liberté

Et baignera à jamais dans l’amitié

 

Plaine N.

 

Tags :



» Catégorie Not specified
Commentaires (1) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Ballade de nuit

  : Ajouté le 25/10/2009 à 00:18

ballade

Ballade de nuit

 

 

La lune, qui au tréfonds du ciel, luit

Quand une étoile dans le firmament suit

Tous les deux, main dans la main

Nous marcherons jusqu’au petit matin

 

A la pénombre de tes yeux vermeils

Je vois la lueur d’un grand soleil

Qui attire mes pas vers les tiens

Quand l’ombre devient notre seul lien

 

Une étoile chantant l’hymne de l’amour

Sur notre chemin orné de chrysanthèmes

Nos touchers ressemblent à du velours

Que nos tendres cœurs perdus aiment

 

Sur ces ondes du jardin de minuit

Nous volons dans le ciel de Paris

Quand l’ode du silence nous inonde

Et fait sourire encore la Joconde

 

Voudras-tu rentrer chez toi, ce soir 

Que mes élégies d’amour te retiennent

Dans ce ciel tout couvert de noir

Mais dont les ailes complices nous prennent

 

Ce soir, le temps a perdu de son chemin

Il est pris sous l’effet tentant de nos soupirs

A se demander à quand le lendemain

De notre cadence qui lui donne du désir

 

Dansons encore avant que le jour ne se lève

Jaloux de nos aléas nocturnes et de nos rêves

Jonchés sur les sommets heureux des dunes

Qui font frémir de joie les étoiles et la lune

 

Plaine N.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : nocture



» Catégorie Not specified
Commentaires (1) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Du soleil dans ma vie

  : Ajouté le 23/10/2009 à 04:47

Du soleil dans ma vie

 

 

J’ai vu la passion qui fait vivre

De ton lait qui me rend ivre

Soleil brusque dans ma vie

Instants subits dans mon lit

 

L’étendue immense des rives

Qui faisaient éloigner nos rêves

Les intentions étaient bonnes

Un chaud soleil nommé Yvonne

 

Elle brillait beaucoup trop

Et moi nocturne d’ébène

Un soleil de loups au trot

Pour des agneaux amènes

 

La cadence va continuer

Tant que le soleil brille

Ils vont toujours chanter

La danse des petites filles

 

L’aube ne fait que commencer

Nous allons tous avancer

Vers ce soleil haut de midi

Avant que la lune ne vire à minuit


Je t’ai vue sourire de joie

De ce soleil brusque du matin

Je t’ai vue pleurer quelquefois

Oubliant que de ce jour sera demain

 

Mon doux soleil brille encore

Il brillera toujours plus beau

Sur ce corps d’ébène et d’or

Qui refuse l’aumône du sceau

 

Plaine N.

 

 

Tags : yves



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami
<< Précedent :: Suivant | | >>
| Contact author |