Ma perle noire

  : Ajouté le 31/10/2009 à 18:26

Ma perle noire

 

 

Du haut de l’océan, si longtemps cherchée

Perle cachée au fond d’une mer inconnue

Bravant les vagues et le froid sans trophée

Tout le long d’une île sauvage et perdue

 

Dans la patience de mon âme en éveil

Je t’ai aperçue toute pleine de merveille

Mais comment te sortir de ces mailles ?

Lutte et constance pour cette trouvaille

 

De ta peau de jais luisait toute ta jeunesse

Ton allure submergeait les pas d’une déesse

Et la ville interloquée jasait de ton charme

Tu savais la consoler et essuyer ses larmes

 

Riche perle qui fait ma fierté en ce monde noir

Paraissant éblouie et épanouie dans toute ta gloire

Nous marchons main dans la main dans cette rue

Quand la danse et la cadence s’arrêtent à ta vue

 

Perle sans prix, perle que les riches marchands

Ont tenté tant de fois d’évaluer un honteux coût

Tu n’as pas su céder à leurs appels en argent

Voulant rester naturelle, éternelle et reine de tout

 

Je te protégerai du vent, de la pluie et du soleil

Je couvrirai tes sentiers de roses et de jasmins

Tu es la muse qui inspire mes pensées au réveil

L’arome qui embaume le corps et de mon jardin

 

 

Plaine N.

 

 

 

Tags : beauty



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Les rimes d'Amsterdam

  : Ajouté le 29/10/2009 à 09:40

 

marilyn

 

Les rimes d’Amsterdam

 

Du son rythmé de la bruine qui suit tes pas

Je t’ai vue passer d’un pas si svelte, Madame

Et tes cheveux d’or ornaient tout Amsterdam

De ma retraite, j’ai mis mon plus bel éclat

 

Courir d’élégance et te couvrir de jouvence

J’arrose d’ambres ivres tes sentiers intimes

Et de mes sanglots qui perdent leur cadence

J’implore tout Amsterdam de vivre mes rimes

 

Mon cœur en émoi ne sait plus que t’offrir

Le temps qui me reste me semble éphémère

Dans cette ville de joie, d’amour et de sourire

Où mon sitar, pour toi, a composé cet air

 

Ecoute mes rimes qui rythment Amsterdam

Beauté juvénile qui inonde toutes nos âmes

Je te chanterai encore une autre mélodie

Quand tout ce temps passera à l’harmonie

 

De tes élégantes mains, tu acceptes mon couvert

Que mes doigts tremblants ont pu étendre

Sur tes beaux cheveux qui ont tant souffert

D’une saison qui n’a plus voulu attendre

 

A ta mine souriante, tu as comblé mon vide

Sans mot dire, tu as parlé à mon triste cœur

Le rendant si vite dansant, sain et cupide

D’un amour des tropiques, aux rimes amateur

 

Plaine N.

 

 

 

 

 

 

Tags : juste



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

A mon âme, à nos aurores

  : Ajouté le 28/10/2009 à 22:12

A mon âme, à nos aurores

 aurore

Aux myriades de mes hétaïres si vite oubliées

Tu as su offrir les fleurs roses au son de ma lyre

Le temps des jasmins, des élégies et des ondées

A mon âme, à nos aurores radieux, il faut choisir

 

Dans les rives clandestines de ton doux cœur

J’ai su trouver l’hymne élogieux de mon choix

Vainquant les haines des uns et ma rude peur

A mon âme, à nos aurores radieux, je suis à toi

 

Le sel de tes brises inondant ma poitrine nue

Mon jardin des aubes s’inonde de son huile

Que mes limbes tout en feu n’ont pas connue

A mon âme, à nos aurores, j’en perds le fil

 

Aux nuages du crépuscule qui nous surprend

Tu voulais que je reste encore pour ton amour

Et dans la pénombre de l’amour qui reprend

A mon âme, à nos aurores, à toi tous les jours

 

Je resterai et pour toujours ton éternel amant

Car nous marchons sur les plages du temps

Tu sais faire bien danser mon âme d’homme

A mon âme, à nos aurores, c’est tout comme

 

Au fil du temps, tu es devenue un nimbe d’or

Qui donne de la lumière à mes tristes sorts

Quand rime en nous l’espoir d’une belle vie

A mon âme, à nos aurores, mon œuvre pie

 

 

 

Plaine N.

 

 

 

Tags : aurore



» Catégorie Not specified
Commentaires (1) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Des rompus

  : Ajouté le 28/10/2009 à 12:00

Des rompus

 

Eux, ce sont tous des corrompus

Et en plus de tout ceci, ils puent

Ce sont eux nos nouveaux maitres

Tous ont la manie de vouloir paraître

 

Ces ripoux ont rompu avec la masse

Qui ne demande qu’un verre de glace

Ils gueulent à tue-tête pour un p’tit geste

Alors qu’ils ont bien failli au menu test

 

Criant qu’ils pouvaient changer la donne

D’un pays qu’ils ont plutôt pillé à la tonne

Pour cela, on a coulé beaucoup de sang

Aussi, On a fait bruler des litres d’encens

 

Des décennies, on nous sert la même dose

Nous ne faisons qu’assister à la même chose

Dans un monde régit en silence

Par les maîtres de la science

 

Plaine N.

 

 

Tags : cor



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

Les brumes de l'oubli

  : Ajouté le 27/10/2009 à 15:18

brumes

Les brumes de l’oubli

 

Viens que je t’embrasse ma douce brume éternelle

Enveloppée de tes habits de vent, tu restes toute belle

Je n’oublie pas le tissu de ta fine toile qui nous voile

Quand nous volions comme des oiseaux dans les étoiles

 

Les brumes de l’oubli me font encore sourire

Lorsque le verbe m’inonde et me fait tout redire

Je n’oublierai jamais ce temps joyeux qui passe

Qui, en en nous, laisse toujours de belles traces

 

Où as-tu passé les vacances d’été cette année ?

Te souviens-tu de notre chanson d’amour préférée ?

Ou les brumes de l’oubli te l’ont déjà fait dissoudre ?

Je sais, les souvenirs sont souvent comme de la poudre

 

Repasse encore le film de notre ballade dans ce bois

Lorsque soudain, nous nous regardions dans les yeux

Comme si nous ne l’avions jamais fait autrefois

Oui, tu m’as dit doucement, « je sais ce que tu veux ! »

 

Et comme d’habitude, nous nous sommes remis à rire

Et la nature, à son tour s’est mise à nous applaudir

Mais, les brumes sont passées sur nos deux chemins

Alors chacun a pris l’étroit d’un autre lendemain

 

Les souvenirs abandonnés ont pourvu notre espoir

Tout ce long temps parti l’un de l’autre sans au revoir

Quand le train de la mémoire nous rapproche du rêve

De nous revoir un jour, pour une seconde, fut-elle, si brève.

 

Plaine N.

 

 

 

 

 

Tags :



» Catégorie Not specified
Commentaires (0) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami
<< Précedent :: Suivant | | >>
| Contact author |